Philo Libre Expression Cercle philosophique sur internet - débat de philosophie en ligne

Intervenir dans le débat de philosophieDernière intervention

Thème de discussion sélectionné:

Et si la vie était un jeu?

Les interventions sont classées par ordre chronologique
Laine
Laine
287 interventions
---
14.09.2021 11:32

Et si la vie était un jeu?

..."or depuis longtemps, les hommes se racontent des histoires où c'est toujours le bien qui finit par triompher".
et si justement c'était le fait même de "se" raconter des histoires qui génère le mal...être ?
Si l'homme ressent le besoin de "se" raconter une histoire, il est déjà parti dans une démarche de non adéquation au monde, de perte d'unicité, la brèche par laquelle le loup entre dans la bergerie si l'on aime les histoires...
zeugma
zeugma
636 interventions
---
14.09.2021 18:19

Et si la vie était un jeu?

la forme caricaturale du jeu est de prétendre que la défaite est aussi une victoire tant que l'on participe, mais cela est une aporie qui entretient le doute sur la nature du jeu et de la parité entre bien et mal, alors que l'on sait que le mal n'est qu'un manque de finalité et donc ne peut être une fin en soi, le mal est un non être car il est toujours dépendant d'un être qui lui est bon puisqu'il existe, c'est la perversion de sa nature en devenir qui maintient un être dans le manque et donc dans le mal...

...mais tout cela est connu et seuls ceux qui ont perdu ou sont déjà condamnés osent encore prétendre qu'ils peuvent gagner...

P.S reprenons le fil de la réflexion car nous nous éloignons encore une fois de l'intitulé de la question...
Priscillia
Priscillia
1 intervention
---
19.09.2021 18:57

Et si la vie était un jeu?

Bonjour, le jeu par définition est une activité provoquant plaisir et apprentissage. Nous sommes une espèce apprennent par jeu et répétition. La vie peut être un jeu si les règles sont le respect d'autrui et la liberté de chacun. On ne perd jamais mais on apprend toujours. Les jeux peuvent ne pas toujours être drôles suivant les goûts de chacun. Si on "perd" à un jeu, on cherche un moyen de comprendre pourquoi et de s'améliorer et si ce jeu ne correspond pas à nos capacités, on va jouer à un autre. Donc oui je pense que la vie est un jeu sans compétition aucune, comme un jeu d'équipe. La vie est un éternel apprentissage où nous devons le plus possible prendre du plaisir et comprendre la notion de compassion et d'amour. On en connaît tous les règles mais on se laisse tous distraire par des éléments extérieurs et notre égo ce qui nous fait perdre de vue les règles.
zeugma
zeugma
636 interventions
---
20.09.2021 08:35

Et si la vie était un jeu?

citation "Bonjour, le jeu par définition est une activité provoquant plaisir et apprentissage. Nous sommes une espèce apprennent par jeu et répétition. La vie peut être un jeu si les règles sont le respect d'autrui et la liberté de chacun."


proposition inintéressante si l'on positionne la vie dans une perspective de relations interpersonnelles ayant en temps réel la même notion de règle performative, mais il n'en est rien et le contexte de chaque conditionnement ne suffit pas à prétendre que la détermination personnelle est comme "son tour de jouer", car l'intrication des événements dément constamment que même si nous connaissions toutes les règles, notre liberté d'agir reste une possibilité de "hors jeu" n'en déplaise à ce monde de gameplay artificiel !

Modifié par zeugma - 20.09.2021 08:35
Laine
Laine
287 interventions
---
21.09.2021 22:04

Et si la vie était un jeu?

L'offre pléthorique de jeux "désincarnés", n'en doutons pas, génère cette idée saugrenue que la vie puisse être un jeu : un monde de geek. Jouer à la marchande, aux gendarmes et aux voleurs ou même à la maîtresse ne coupe pas le lien à ce qu'il est d'usage d'appeler la réalité.
Alors la question est peut-être : et si nous faisions de la vie un jeu ? D'où découle une seconde question : dans quel but ? Que fuyons-nous ?
zeugma
zeugma
636 interventions
---
22.09.2021 08:22

Et si la vie était un jeu?

très juste Laine et par vos deux questions : "si nous faisions de la vie un jeu...
dans quel but ?
Que fuyons-nous ?"

nous pouvons entrer dans le sens caché de ce sujet, qui à n'en pas douter est une recherche de déresponsabilisation collective face au constat de la destruction de cette planète qui évidement est la partie visible et incontournable de la lente dérive d'une part de l'humanité voulant imposer une maîtrise technique à la nature, ou dit autrement, la restructuration ludique des sociétés est une fuite imaginative (mais vaine) face à l'enfermement des intelligences convaincues de leurs supériorités...

si cette erreur fatale fût lente c'est que la maîtrise de la matière est passée par des stades pratiques et artistiques incluant des nécessitées de survie et d'émotion, car tant dans la recherche de performances techniques liées à l’alimentation que dans celle du confort sensible, une volonté de "progrès" fît perdre de vue les besoins réels de l'humanité, et par la suite la plus-value du commerce instaura un pouvoir de contrôle artificiel sur la faisabilité des productions humaines...

le commerce est un jeu comme vous le dites Laine, "jouer à la marchande" est une forme de validité du pouvoir de dédoublement de la vraie valeur des choses, de toutes les choses, matérielles et même idéelles, c'est pourquoi certaines personnes postulent que la vie est un jeu puisqu'elles ont réduit "la Vie" à une somme de paramètres quantifiés par leur valeur négociable et scientifique...

bref, si l'humanité revendiquant le progrès technique et le contrôle de la nature ne se départie pas de son penchant à tout dédoubler, il est certain que le sens même de la vie ne soit plus pour elle...qu'une ombre encombrante et le hasard malheureux de son "Jeu" (Je)...

Modifié par zeugma - 22.09.2021 08:25
Laine
Laine
287 interventions
---
22.09.2021 21:44

Et si la vie était un jeu?

..."c'est pourquoi certaines personnes postulent que la vie est un jeu puisqu'elles ont réduit "la Vie" à une somme de paramètres quantifiés par leur valeur négociable et scientifique..."
Assurément !! et la période actuelle en est la démonstration monstre...

Modifié par Laine - 22.09.2021 21:45
geveil
geveil
32 interventions
---
10.10.2021 09:09

Et si la vie était un jeu?

à mon sens, la foi n'est pas une réaction (une provocation encore moins) ; c'est une disposition, un accueil ; nul besoin d'une puissance extérieure.
Vous réagissez à fleur de peau au verbe "provoquer", alors je le remplace par le verbe " produire".
Par ailleurs, je n'ai nulle part parlé de puissance extérieure, au contraire, la puissance à laquelle je fais allusion, est l'énergie vitale, la vitalité et c'est cela la puissance divine. C'est elle qui meut les galaxies, les atomes, etc, et bien sûr les êtres dits vivants, et en ce qui concerne ces derniers, elle est intérieure et non extérieure, encore qu'il y aurait beaucoup à dire sur ces concepts.

Enfin, pour en revenir au sujet, je suis d'accord avec tous les textes de Laine et Zeugma pour dire que le fonctionnement de notre société nous éloigne du divin, du réel, ainsi en est-il par exemple du Showbiz, de la surconsommation, de la mécanisation à outrance, de l'exploration mécanique du cosmos, etc. Mais cela n'enlève rien à ma question, à savoir Dieu, en créant, a pris le risque de se perdre, retrouvera-t-il son unité ou sera-ce le néant définitif? Tel est le grand jeu divin.

Modifié par geveil - 10.10.2021 09:17
zeugma
zeugma
636 interventions
---
11.10.2021 07:43

Et si la vie était un jeu?

citation de geveil : "Mais cela n'enlève rien à ma question, à savoir Dieu, en créant, a pris le risque de se perdre, retrouvera-t-il son unité ou sera-ce le néant définitif? Tel est le grand jeu divin."

non encore une fois vous présupposez comme dans un écho déformé aux croyances de l'Egypte ancienne que chaque lever de soleil est une épreuve de création et qu'il pourrait arriver que cela ne se réalise pas, mais la notion de création qui est inclus ici, comme un excursus à la question initiale, ne rentre dans le jeu Divin qu'avec une implication à minima, car si nous sommes d'accord qu'il existe un créateur, son acte est éternel tout comme lui et n'a donc pas à craindre de perdre quoi que se soit, juste de replacer chaque réalité à sa place dans le don de sa bonté infini...

à cette fin certains tremblent, d'autres s'amusent et enfin quelques autres essaient de comprendre déjà qu'elle est leur place en ce moment...

Modifié par zeugma - 11.10.2021 07:45
Laine
Laine
287 interventions
---
12.10.2021 12:49

Et si la vie était un jeu?

..."Dieu, en créant, a pris le risque de se perdre"
La formulation de base induit un Dieu (une puissance) "manipulateur" qui opérerait, dans l'acte de la création, sous la "menace" d'une diminution quelconque.
Infiniment non : il se démultiplie, il se répand, il offre, il donne, sans jamais rien "perdre" de sa substance justement. C'est le postulat de départ qui "occasionne" le jeu que vous souhaitez tant !
geveil
geveil
32 interventions
---
18.10.2021 19:13

Et si la vie était un jeu?

..."Dieu, en créant, a pris le risque de se perdre"
La formulation de base induit un Dieu (une puissance) "manipulateur" qui opérerait, dans l'acte de la création, sous la "menace" d'une diminution quelconque.
Ce n'est pas du tout comme ça que je vois les choses, la "puissance" ( Volonté de vivre explicitée par Schopenhauer) crée pour vivre, ce qui permet peut-être de dire "par amour", et cet amour est infini s'il prend le risque de se perdre, c'est à dire un non retour à l'unicité.

Infiniment non : il se démultiplie, il se répand, il offre, il donne, sans jamais rien "perdre" de sa substance justement.
L'adverbe "infiniment" n'ajoute rien à l'argumentation.   
geveil
geveil
32 interventions
---
18.10.2021 19:13

Et si la vie était un jeu?

..."Dieu, en créant, a pris le risque de se perdre"
La formulation de base induit un Dieu (une puissance) "manipulateur" qui opérerait, dans l'acte de la création, sous la "menace" d'une diminution quelconque.
Ce n'est pas du tout comme ça que je vois les choses, la "puissance" ( Volonté de vivre explicitée par Schopenhauer) crée pour vivre, ce qui permet peut-être de dire "par amour", et cet amour est infini s'il prend le risque de se perdre, c'est à dire un non retour à l'unicité.

Infiniment non : il se démultiplie, il se répand, il offre, il donne, sans jamais rien "perdre" de sa substance justement.
L'adverbe "infiniment" n'ajoute rien à l'argumentation.   
geveil
geveil
32 interventions
---
18.10.2021 19:16

Et si la vie était un jeu?

..."Dieu, en créant, a pris le risque de se perdre"
La formulation de base induit un Dieu (une puissance) "manipulateur" qui opérerait, dans l'acte de la création, sous la "menace" d'une diminution quelconque.
Ce n'est pas du tout comme ça que je vois les choses, la "puissance" ( Volonté de vivre explicitée par Schopenhauer) crée pour vivre, ce qui permet peut-être de dire "par amour", et cet amour est infini s'il prend le risque de se perdre, c'est à dire un non retour à l'unicité.

Infiniment non : il se démultiplie, il se répand, il offre, il donne, sans jamais rien "perdre" de sa substance justement.
L'adverbe "infiniment" n'ajoute rien à l'argumentation.   
geveil
geveil
32 interventions
---
18.10.2021 19:17

Et si la vie était un jeu?

..."Dieu, en créant, a pris le risque de se perdre"
La formulation de base induit un Dieu (une puissance) "manipulateur" qui opérerait, dans l'acte de la création, sous la "menace" d'une diminution quelconque.
Ce n'est pas du tout comme ça que je vois les choses, la "puissance" ( Volonté de vivre explicitée par Schopenhauer) crée pour vivre, ce qui permet peut-être de dire "par amour", et cet amour est infini s'il prend le risque de se perdre, c'est à dire un non retour à l'unicité.

Infiniment non : il se démultiplie, il se répand, il offre, il donne, sans jamais rien "perdre" de sa substance justement.
L'adverbe "infiniment" n'ajoute rien à l'argumentation.   
geveil
geveil
32 interventions
---
18.10.2021 19:18

Et si la vie était un jeu?

Infiniment non : il se démultiplie, il se répand, il offre, il donne, sans jamais rien "perdre" de sa substance justement.
L'adverbe "infiniment" n'ajoute rien à l'argumentation.
Laine
Laine
287 interventions
---
18.10.2021 20:14

Et si la vie était un jeu?

"...la "puissance" ( Volonté de vivre explicitée par Schopenhauer) crée pour vivre,"
Je ne pense pas qu'il créé pour vivre ; IL EST ; la force de vie est...purement et infiniment, oui.
geveil
geveil
32 interventions
---
18.10.2021 22:21

Et si la vie était un jeu?

Infiniment non : il se démultiplie, il se répand, il offre, il donne, sans jamais rien "perdre" de sa substance justement.
L'adverbe "infiniment" n'ajoute rien à l'argumentation.
geveil
geveil
32 interventions
---
18.10.2021 22:22

Et si la vie était un jeu?

Infiniment non : il se démultiplie, il se répand, il offre, il donne, sans jamais rien "perdre" de sa substance justement.
L'adverbe "infiniment" n'ajoute rien à l'argumentation.

Je ne comprends pas, j'essaie de soumettre un autre texte, et c'est toujours celui-là qui est enregistré. Que faire?

Modifié par geveil - 18.10.2021 22:24
zeugma
zeugma
636 interventions
---
19.10.2021 08:37

Et si la vie était un jeu?

la notion de jeu dans les anciennes voies de connaissance de la divinité était, comme dans les rites dionysiaques, un mélange entre ce que la vie manifeste de renouveau et ce que l'instant évoque d'immobilité de l'être, mais même là le jeu était une forme de cérémonie et pas une manifestation de la divinité, reste à savoir si nous parlons de la vie créée comme renouveau ou comme passage de l'éternité au temps...
geveil
geveil
32 interventions
---
19.10.2021 09:21

Et si la vie était un jeu?

Infiniment non : il se démultiplie, il se répand, il offre, il donne, sans jamais rien "perdre" de sa substance justement.

En effet, il se démultiplie, mais je préfère "se divise", et ce qu'il offre est immense, c'est son être. Ceci dit, dans la création, comme tout est étincelle divine, il n'y a aucune perte d'essence, et chaque étincelle est elle-même infiniment puissante,* mais une autre puissance s'y oppose, celle d'une autre particule, c'est la volonté de séparation qui les sépare et cette séparation est nécessaire pour que la vie se manifeste, car la vie se manifeste dans la relation à l'autre, elle peut se manifester dans la fusion avec l'autre ( Marche vers l'unicité) ou dans la destruction de l'autre ( Désir de néant). Ce que je nomme "vie" est l'ensemble des sensations, émotions, sentiments,pensées. C'est en ce sens que je me demande si l'existence est un jeu, une lutte entre la volonté de vivre et celle de disparaître ( Cf Schopenhauer: chapitre "la volonté de vivre s'affirme puis se nie")
C'est le postulat de départ qui "occasionne" le jeu que vous souhaitez tant !
" Laissez venir à moi les petits enfants", or les enfants aiment jouer.

reste à savoir si nous parlons de la vie créée comme renouveau ou comme passage de l'éternité au temps...
Je ne comprends par très bien. Voici ce que cette question m'inspire:
La vie a besoin de renouveau, de nouvelles sensations, émotions, sentiments, pensées, sans cette nouveauté, elle s'éteint, et le temps est le concept appliqué au sentiment de durée, c'est une pensée, et donc un élément de vie. L'Être est donc éternel en essence, mais ne l'est pas en existence, sans la vie, l'Être est comme le néant, et je peux dire que seul le néant est immobile, l'Être est en perpétuel devenir.


* L'infini divisé par un nombre fini reste infini, or le nombre de particule de l'univers est fini.

Modifié par geveil - 19.10.2021 09:36
Intervenir dans le débat de philosophieDernière intervention


Avertissements:

  • Les thèmes des débats sont proposés, exclusivement, par les débatteurs qui doivent préalablement s'être inscrits au sein de notre cercle philosophique en ligne "PHILO LIBRE EXPRESSION". L'éditeur s'en tient à la validation ou non des sujets ainsi proposés.
  • L’éditeur exerce un droit de regard et de censure à l'encontre de toutes les publications faites par les débatteurs dans l'espace «PHILO LIBRE EXPRESSION». Le cas échéant, il procédera, sans avis ni justification, à la suppression de toute parution concernant tout commentaire et toute publication qui ne correspondraient pas à sa ligne éditoriale.
  • L’éditeur se réserve le droit d’annuler immédiatement l’inscription d'un débatteur concerné par cette mesure et de supprimer purement et simplement tous ses droits de réinscription, sans qu’aucune justification ni argumentation soit nécessaire.



Philosophie par Internet, débat de philosophie, discussions philosophiques, cercle philosophique en ligne

Annonce

à découvrir

La conquête du Soi

Connexion à mon profil

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de navigation, et pour faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux.