Philo Libre Expression Cercle philosophique sur internet - débat de philosophie en ligne

Dernière intervention

Thème de discussion sélectionné:

mélancolie

Les interventions sont classées par ordre chronologique
01.06.2020 18:00

mélancolie

Victor Hugo disait : "la mélancolie c'est le bonheur d'être triste." Mais, est-il possible d'aimer ce qui n'est pas bon pour nous. Et puis, pourquoi la tristesse serait-elle mauvaise? Finalement ce n'est qu'un sentiment, peut-être plus puissant que le bonheur, car il vous fait souffrir, car il vous fait sentir la vie. Alors, interrogeons nous. Devons nous inclure dans notre existence une volonté de tristesse?
Thème proposé par -
zeugma
zeugma
636 interventions
---
02.06.2020 21:05

mélancolie

et bien non évidement toute tristesse est un sentiment de manque ou de renoncement intérieur et va donc à l'encontre de la vie qui cherche toujours le bonheur, de plus la mélancolie n'est pas de la tristesse puisqu'elle est une recherche de satisfaction dans l'attente d'un changement, la tristesse n'est qu'une passion négative et égoïste, voir même une défaite intérieure ce que la mélancolie n'est pas...

quand à parler d'une "volonté de tristesse" c'est bien risible car l'on n'est pas triste de nature mais toujours à la suite d'un manque, ou d'une affliction sentimentale, mais la vie est nécessairement joyeuse et rejette naturellement la tristesse comme un ressenti de mal-être, alors l'on n'est pas libre naturellement de choisir de vivre de souffrance, mais cela est réservé pour celle et ceux qui rejette l'amour et là c'est triste pour eux en effet ...

Modifié par zeugma - 02.06.2020 21:33
Laine
Laine
287 interventions
---
03.06.2020 12:57

mélancolie

Ce débat est passionnant car il y est question d'émotions (voire de sentiments).
Zeugma vous avez parlé d'amour : "... choisir de vivre de souffrance, mais cela est réservé pour celle et ceux qui rejette l'amour et là c'est triste pour eux en effet ..."
Oui, cela est triste ; les personnes qui s'engluent dans une mélancolie que l'on pourrait presque interprétée comme "maladive" sont à distinguer (je pense) des êtres imbibés de mal, vivant par le mal et pour le mal et donc souhaitant le distiller partout autour d'eux;
Je parlerais plus des personnes souffrant vraiment d'un syndrome de mélancolie lié justement à un manque d'amour : un manque d'amour envers la Vie.
Un manque d'amour maternel, un manque d'amour familial (Dieu s'il existe des familles dans lesquelles l'amour n'est pas manifesté, n'est pas démontré et encore moins dit) génère un manque de confiance en soi, une absence de légitimité, laquelle est "exprimée" d'une manière malhabile mais spontanée, comme une résistance envers l'élan de la vie qui appelle ; on rejette tout, on se recroqueville, on déprime (oui) ; cette attitude n'est que le fruit d'un manque d'amour : la personne qui n'a pas été aimée a bien de la peine à aimer la vie, d'où la mélancolie...
zeugma
zeugma
636 interventions
---
03.06.2020 18:36

mélancolie

il faut bien se rendre compte que la mélancolie peut être une forme abusive de renoncement et donc une aboulie destructrice, c'est pourquoi elle est un mal puisque tout mal est manque, de plus la satisfaction de pouvoir se complaire dans une négativité caractérielle peut former dans l'intelligence un acte de résistance à l'amour qui exige lui une forme extatique de don de soi...

les artistes qui par le spleen (alcoolisé ou pas) se voient créatifs usent en fait de l'effet repoussoir de la mélancolie qui leur permet de faire poindre un jeu de réactivité entre leur imaginaire et leur apathie constitutive, car il ne faut pas se tromper, la mélancolie en elle même n'est pas source de création, c'est la résurgence contrainte de leur participation au monde qui libère leur force de production artistique...
zeugma
zeugma
636 interventions
---
04.06.2020 05:14

mélancolie

comme toutes les personnes qui font de la réflexion une zone de récupération de leur autonomie, les adeptes de la psychologie ont tendance à confondre la signification et le sens réel de tel ou tel mot, car ces personnes recherchent des compensations à leur manque de lucidité sur le sens réel auquel un mot renvoi et se replient donc sur des significations fluctuantes...

ici c'est dans l'acception du mot "mal" et du mot "manque", que la confusion entre le sens et la signification peut mettre immédiatement certaines "intelligences" dans une incompréhension de leur possible égalité de sens, car le "mal" qui est essentiellement privation de bien, n'existe pas sans qu'il soit attribué à une réalité détournée en partie de sa finalité naturelle, alors que le manque est une attente ou un besoin/envie d'éléments participants à cette finalité...

évidement l'esprit critique qui voit de manière univoque le mot "extatique" comme ne pouvant s'appliquer qu'à la manifestation divine de l'amour, ne peut pas non plus comprendre que l'amour est toujours extatique car il est essentiellement diffusif de lui-même (donc atteint son sens parfait) alors restant à la signification univoque du mot "extatique" il se prive (mauvaise conscience) de son élan de perfectibilité...

Pareillement le manque de respect et de compréhension (qui est un mal) de l'opinion des autres conduit à écrire des phrases comme celle-ci : "Et puis, s’il y a bien un mouvement qui nécessite du manque, c’est justement l’amour." nous donne la preuve que la confusion entre sens et signification peut aboutir à un non-sens...

car ce n'est pas par manque que l'on aime mais c'est par amour que l'on ne manque de rien (donc que l'on échappe au mal), vouloir partir du manque pour justifier le désir de l'élan amoureux c'est ne voir que la signification égoïste de l'amour et oublier (manque/mal) son sens ultime: l'altruisme dans le don de soi...

donc la mélancolie est une forme d'égoïsme provenant d'un manque d'amour réel...

Modifié par zeugma - 04.06.2020 06:19
Laine
Laine
287 interventions
---
04.06.2020 09:01

mélancolie

Le manque n'est - heureusement - pas au coeur de nos vies ; c'est la sensation du manque. Chacun de nous a tout en soi puisque le grand Tout (pour ne pas employer de mots qui fâchent...) nous constitue et est présent en nous (les scientifiques en seront bien d'accords, chacun des constituants de la vie sont en nous - atomes, ions, métaux, particules...)
La personne sujette à la mélancolie ne se place pas "naturellement" dans une posture d’égoïsme ; c'est une forme d'inadaptation au réel qui peut engendrer la mélancolie. Elle ne peut (peut-être) pas faire autre chose que se "retirer" du monde.
Je reprendrais donc volontiers la phrase de Zeugma : " ...mélancolie est une forme d'égoïsme provenant d'un manque d'amour réel..." avec une petite modification : provenant d'un manque d'amour du réel (réel consistant en notre existence terrestre)....et, là encore, ce sujet rejoint une autre discussion actuellement ouverte sur nos ondes....
zeugma
zeugma
636 interventions
---
04.06.2020 09:27

mélancolie

exacte précision Laine lorsque vous dites : "provenant d'un manque d'amour du réel" car lorsque j'ai écrit : "la mélancolie est une forme d'égoïsme provenant d'un manque d'amour réel" , je pensais à la forme résiduelle et mémorielle que peut produire le souvenir tragique de la perte de cette relation aimante, qui par nostalgie et parfois même de manière pathétique, conduit à une vision négative de l'amour ou bien à une relativisation caricaturale dans le plaisir sensible, qui n'est qu'une sensation transitoire et matérielle du contact...

alors en effet nous, humains, devrions avoir une recherche aimante du réel qui nous éviterait de l'abimer par des projets égoïstes pour satisfaire le plaisir excessif de nos sens et même parfois par des projets qui ne font que flatter notre égocentrisme...
Laine
Laine
287 interventions
---
04.06.2020 12:38

mélancolie

"...souvenir tragique de la perte de cette relation aimante..."
car on ne naît pas seul (e), on naît plein de cet amour gratuit et incommensurable, confondu dans l'amour, amour à la recherche duquel nous nous mettons en quête ici bas, jusqu'à notre dernier souffle...merci pour cette lumineuse "définition" de la mélancolie (souvent incomprise...).
zeugma
zeugma
636 interventions
---
05.06.2020 07:22

mélancolie

c'est tout à fait cela Laine, la vie porte en elle une disposition constitutive à aimer, c'est-à-dire une recherche d'union et d'unité, ce que l'on nomme sentiment en est la partie visible, mais comme les icebergs, la partie cachée de l'amour dans la nature étonnerait par sa proportionnalité si nous pouvions la contempler...

en continuant et pour revenir à la mélancolie, il est indispensable de faire le point sur la différence spécifique entre le regret et le remord qui tous deux peuvent "nourrir" le génie de la mélancolie, comme le proposait Aristote, dans une approche qui déjà avait uni le physiologique et le psychologique...

et une fois de plus aussi les deux notions de mal et de manque vont nous servir pour aller droit à l'essentiel de cette distinction entre regret et remord, car il est évident qu'en fonction croisée, comprendre que le regret par manque d'un bien n'est pas un mal si ce manque est tourné vers l'espoir de ce bien, pareillement que le remord qui désigne et isole un mal commis reste un manque si il n'est pas vécu dans l'espérance d'un pardon ou d'une compensation...

donc à partir d'un regret, la mélancolie peut être une maturation purgative si elle n'est pas un enfermement volontaire, de même à partir d'un remord, la mélancolie peut devenir un enfermement dans une introspection justifiante (mal être) si l'état primal du trouble n'est pas amandé par un désir du bien...

conclusion, regret et remord respectivement bonne et mauvaise conscience d'une faute ou d'une erreur, et plus généralement d'un trouble survenu par l'omission d'une bonne action, peuvent conduire à une mélancolie comme trouble psychophysiologique, mais aussi par un état de solitude affective qui recentre la conscience sur une intra-finalisation réalisée parfois dans la production artistique ou philosophique...

toutefois la mélancolie est une voie douloureuse et périlleuse d'insatisfactions et de production, et surtout par mimétisme, une forme tragique et romantique de relation...

Modifié par zeugma - 05.06.2020 07:24
Laine
Laine
287 interventions
---
10.06.2020 13:04

mélancolie

Je trouve que vous avez parfaitement "cerné" les contours de ce mal et de cette torture que parfois l'on entretient oui, par une forme de mimétisme et de romantisme, absolument d'accord.
Tandis que l'amour est tout autre chose ; l'autre est amour lorsqu'on accueille sa propre part de dévotion, lorsque l'on s'accorde l'attention nécessaire, cet amour que l'on peut s'octroyer est celui que l'on va pouvoir diriger vers l'autre dans toutes les circonstances.
Je le trouve visible et décelable dans le Vivant, j'englobe ainsi notre environnement naturel, végétal, animal ; voyez la justesse de toutes les choses "naturelles" qui nous entourent.
Finalement, l'amour est dans les yeux de celui qui regarde...
zeugma
zeugma
636 interventions
---
11.06.2020 07:57

mélancolie

Certes vous dites juste Laine : "Finalement, l'amour est dans les yeux de celui qui regarde..." et à l'inverse c'est pour entretenir une possessivité excessive que la mélancolie interdit peu à peu le saut dans l'inconnu que réclame tout acte aimant...

Car il y bien une connaissance d'un bien à aimer pour la mélancolie, mais l'acte volontaire ultime d'aimer n'est pas offert gratuitement, ce qui fait que la prudence qui est première comme dans toute autre forme de recherche, devienne une méfiance et interdise le don spirituel de l'amour qui est le seul le témoin de la confiance mutuelle...

Donc la mélancolie qui est un repliement sur soi ne permet pas se lâcher prise que réclame l'amour, elle amplifie la prudence en une crainte de perdre son autonomie de conscience et finalement utilise les choses et les gents comme des objets idéels, reconditionnés pour son usage privé, souvent par la mémoire, parfois par l'imaginaire artistique...

alors oui sans doute que la mélancolie a pour origine une frustration psychologique, mais pour qu'elle s'installe durablement, c'est uniquement une volonté pervertie qui lui donne accès à toutes les capacités spirituelles de la personne, en devenant un monde intérieur d'auto-valorisation...
Dernière intervention


Avertissements:

  • Les thèmes des débats sont proposés, exclusivement, par les débatteurs qui doivent préalablement s'être inscrits au sein de notre cercle philosophique en ligne "PHILO LIBRE EXPRESSION". L'éditeur s'en tient à la validation ou non des sujets ainsi proposés.
  • L’éditeur exerce un droit de regard et de censure à l'encontre de toutes les publications faites par les débatteurs dans l'espace «PHILO LIBRE EXPRESSION». Le cas échéant, il procédera, sans avis ni justification, à la suppression de toute parution concernant tout commentaire et toute publication qui ne correspondraient pas à sa ligne éditoriale.
  • L’éditeur se réserve le droit d’annuler immédiatement l’inscription d'un débatteur concerné par cette mesure et de supprimer purement et simplement tous ses droits de réinscription, sans qu’aucune justification ni argumentation soit nécessaire.



Philosophie par Internet, débat de philosophie, discussions philosophiques, cercle philosophique en ligne

Annonce

à découvrir

La conquête du Soi

Connexion à mon profil

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies pour réaliser des statistiques de navigation, et pour faciliter le partage d’information sur les réseaux sociaux.